Une peur soudaine de quitter vos bras, des pleurs à la vue d'un visage qu'il ne connaît pas ou peu ? Pas d'inquiétude, votre bébé de 6-9 mois traverse une crise classique : l'angoisse de la séparation

Que signifie cette crise ?

De la naissance à ses 3 ans, l'enfant a pour objectif de prendre conscience de lui, on parle d'indépendance psychique. La première séparation que l'enfant vit c'est la naissance. Il se sépare du corps de sa mère. À la naissance, le bébé connaît une grande indépendance. Un ensemble de fonctions vitales sont assurées de façon autonome : la respiration, la régulation de sa température, l’ensemble de ses perceptions : auditive, odorat…etc

Les 2 premiers mois sont fondamentaux pour sécuriser bébé. À la naissance il faut recréer le continuum de ce qu'il a connu intra utero. Il faut que l'enfant soit proche de sa maman pour retrouver les repères qu'il avait dans le ventre : le rythme cardiaque, la voix, puis l'odeur de sa maman. C'est dans ce cocon qu'il va être rassuré. Il va alors, à son rythme s'éveiller et petit à petit s'ouvrir au monde qui l'entoure. On appelle cette période des 2 mois : la période symbiotique.

Il va alors commencer à étudier son environnement et élaboré des tris pour comprendre comment s'organise le monde. Le premier tri se fait vers 2 mois. Il différencie les humains à ce qui n'est pas humain. C'est la période où il va commencer les premiers sourires intentionnels face à une personne. Le deuxième tri se fait justement vers 8 mois. L'enfant différencie maintenant les personnes de sa famille et les étrangers (travaux du psychanalyste René Spitz). Durant cette période l'enfant aura peut-être du mal à faire une entrée en crèche ou chez la nourrice. Il est préférable aussi de commencer à faire dormir son enfant dans sa chambre vers ses 6 mois. En effet, il peut y avoir aussi une régression de sommeil suite à cette prise de conscience. Les séparations vers 8 mois sont moins faciles qu'avant.

8 conseils pour faciliter les séparations

  • - Prévoir une période d'adaptation pour chaque séparation/garde : Crèche, week-end chez grand-mère, baby-sitter...etc et adapter la durée à son enfant : La durée de la phase d'adaptation va varier en fonction du comportement du bébé. Parfois elle peut être très rapide et puis parfois il est nécessaire de l'allonger. On commence par un temps avec la présence de maman, puis 1h dans maman, puis le temps du repas avec maman, puis sans maman,...etc. L'enfant va comprendre que maman valide ce nouvel environnement et c'est aussi l'occasion de partager avec les personnes qui vont garder quelles sont les habitudes de notre bébé, leurs présenter ses doudous, comment il aime prendre son biberon, quels sont les rituels de coucher, change, repas... à la maison...etc

  • - Créer des rituels avant la séparation : cela va permettre à l'enfant de se créer des repères spatio-temporels. Il va alors pouvoir anticiper ce qui va se passer.

  • - Communiquer : On va lui expliquer par des mots simples ce qu'on fait, où on va. Expliquez-lui tranquillement que vous allez toujours revenir et jamais vous ne le/la laisserez. On va beaucoup le rassurer.

  • - Accueillir ses émotions sans jugement : S'il commence à pleurer à l'arrivée à la crèche par exemple, faites-lui un gros câlin. Vous pouvez décrire ce que vous observer : "Je vois que tu es triste". Mettre des mots sur ses émotions. Il va comprendre que c'est normal et que c'est respecté.

  • - L'objet transitionnel : Le doudou est pour l'enfant l'objet qui va permettre à l'enfant de garder un peu de "sa maison" un peu de son parent avec lui. Ça peut être un foulard avec l'odeur de sa maman. On peut l'intégrer à la maison lors d'un moment où vous êtes avec lui, pendant l'allaitement ou la prise du biberon. Un moment de pur bonheur.

  • - Faire des séparations clairs et rapides : Afin de ne pas faire durer ce moment difficile, n'hésitez pas à partir rapidement après la dépose de votre bébé. Les enfants s'apaisent en général très vite après le départ de leur parent car ils sont vite happés par une activités, l'observation d'un camarade, une éducatrice qui s'en occupe... parole d'éducatrice :)

  • - Bien dire au revoir à son enfant : Partir vite oui mais correctement en disant clairement au revoir à son enfant "A tout à l'heure, je reviens" avec un grand sourire !

  • - Jouer pour intégrer la notion de permanence de l'objet : Qu'est ce que la permanence de l'objet : c'est la connaissance par l’enfant que les objets et les personnes qui l’entourent existent à l’extérieur de lui, mais aussi et surtout qu’ils continuent d’exister, même s’il ne les perçoit pas via l’un de ses cinq sens. Pour lui, quand il ne voit plus son parent celui-ci a disparu et s’en suit une grande angoisse de séparation. C’est vers 8 mois qu’il intègre petit à petit la permanence des objets, mais il a besoin de réitérer l’expérience pour intégrer cette notion. Elle sera acquise totalement entre 18 et 24 mois. Il s’agit donc d’un processus en plusieurs étapes qui va nécessiter beaucoup d’expériences sensori-motrices et de répétitions. Pour cela vous pouvez jouer à des jeux de "caché-coucou" où vous vous cachez derrière un rideau et réapparaissez après quelques secondes. Il y a aussi les Boîtes de permanence de l'objet où l'enfant va voir la balle réapparaitre après l'avoir insérer dans un trou.
Boîte à permanence de l'objet Montessori

Une fois ces rituels en place la "crise" peut passer rapidement car votre enfant va être rassurer. Cette phase est importante dans le développement de l'enfant comme celle à venir vers 18 mois : la crise d'opposition. Mais une crise à la fois ;) Vous faites de votre mieux alors gardez confiance, vous êtes une super maman !.

Laisser un commentaire

Nous sommes là pour échanger, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Cela pourrait aussi vous interesser...

Abonnez-vous à la newsletter
et ne ratez aucun article

KIT GRATUIT!

LES 10 MOBILIERS CLÉS MONTESSORI 0-18 MOIS

pour favoriser l’autonomie de votre enfant et développer sa confiance en lui.