Pour Maria Montessori, il n’y avait pas de nuance : Pour le lit au sol et Contre le lit à barreaux.

Dans cet article, j’aimerais vous partager la vision de Maria Montessori sur le sommeil de l’enfant. Il est toujours intéressant de se baser sur les besoins de l’enfant compris par Maria Montessori et ensuite de choisir ce qui est bon pour nous de prendre et d’adapter à notre enfant qui a des besoins particuliers. 

C’est bien cela « Montessori à la maison » : respecter qui est notre enfant, qui je suis, qu’est ce que j’ai envie de lui transmettre, qu’est ce que je suis prêt.e à mettre en place dans son environnement pour répondre à ses besoins.

J’appelle cela « l’éducation en pleine conscience »

Favoriser l’autonomie de l’enfant dans le sommeil.

Maria Montessori propose d’accompagner l’enfant en suivant ses besoins et son rythme. Son travail d’observation et d’analyse sur le développement de l’enfant l’ont amené à penser que l’enfant sait réguler seul son sommeil. C’est à nous de suivre le rythme de l’enfant, de ne pas le réveiller ou bien de le forcer à dormir. Appliquer la pédagogie Montessori, c’est observer son enfant, suivre ses signes de fatigue et lui proposer un environnement adapté à ses besoins. 

« Personne ne doute que le sommeil ne soit utile. Mais l’enfant est un être capable d’observation. Ce n’est pas un dormeur par nature. Il a besoin d’un temps de sommeil normal et, sans doute, devons-nous le seconder scrupuleusement dans ce besoin. Il faut pourtant distinguer le sommeil normal de l’enfant du sommeil artificiel que nous provoquons chez lui. »

Maria Montessori

L’environnement adapté dont parle Maria Montessori est un environnement qui va répondre à ses besoins d’autonomie, d’exploration, de liberté, de discipline, d’orientation,… à la fois dans le choix du mobilier mais aussi dans l’organisation des journées.

En effet, la première tendance humaine est un besoin d’orientation, d’exploration et d’ordre. Elle incite donc à proposer un environnement de libre motricité dans un espace ordonné et sécurisé. Cela est important à la fois dans la journée pour éveiller bébé. Les touts-petits sont des explorateurs sensoriels, ils ont besoin pour se construire de vivre des expériences sensorielles en autonomie. Ce postulat est aussi important pour le sommeil. Pour Maria Montessori, nous devons favoriser l’autonomie de l’enfant dans le sommeil.

Un mobilier qui suit le rythme et les besoins de l’enfant

De la naissance à 2 mois, Maria Montessori préconise la « cestina », un couffin avec le topponcino. C’est deux « accessoires » vont assister l'enfant dans son nouveau besoin d'adaptation dès son arrivée au monde. L’enfant se sent contenu dans son couffin. Il retrouve les sensation In utero avec la proximité des parois. Le topponcino va recueillir sa chaleur et son odeur, il le suivra dans ses déplacements pour qu’il garde ses repères dans ce nouvel environnement qu’il doit appréhender en douceur.

Vers 3 mois, après la cestina, Maria Montessori propose d’offrir à l’enfant un lit au sol. Ce lit-bas permet à l'enfant de disposer d'un environnement qui répond à la première tendance humaine à savoir explorer son environnement d'abord visuellement et dans un second temps par la motricité. 

Ce lit ouvert a pour buts : 

  • - assister l'enfant dans son besoin d'orientation dans l’environnement.
  • - exercer la possibilité de voir son environnement et d'exercer son sens visuel. 
  • - assister l'enfant dans son besoin de mouvement et de liberté de se mouvoir. 
  • - commencer à répondre à « aide-moi à faire par moi-même ». 

Maria Montessori remet en cause le rôle du lit à barreau :

« Le lit des enfants qui savent déjà se mouvoir seuls est une hérésie. Différent du berceau qui a sa beauté et moelleux, différent du lit des grandes personnes fait pour s’étendre commodément et dormir, ce qu’on appelle le lit d’enfant est la première prison qu’offre la famille à ces être qui luttent pour leur existence intellectuelle. La haute cage de fer dans laquelle les parents les font descendre pour trouver le gîte forcé est à la fois une réalité et un symbole. Les enfants sont les prisonniers d’une civilisation construite exclusivement par l’adulte pour le bien de l’adulte, qui se resserre toujours davantage, ne laissant à la liberté de l’enfant qu’un espace progressivement réduit. Le lit de l’enfant est une cage surélevée afin que l’adulte puisse manier l’enfant sans avoir le mal de se baisser ; il peut ainsi ainsi abandonner cet être qui, sans doute, va pleurer, mais ne se blessera pas. » … « Aussi conseillons-nous l’abolition du classique lit d’enfant et son remplacement par un matelas très bas, recouvert d’une grande couverture, sur lequel l’enfant peut se coucher et qu’il peut quitter à sa volonté. »

Maria Montessori

Selon elle, le lit à barreau ne répond à aucun besoin de l’enfant. C’est un mobilier créer pour soulager l’adulte (comme la poussette). L’enfant est alors totalement dépendant de l’adulte, il doit appeler son parent pour en sortir et y dormir quand celui-ci a décidé qu’il était temps de dormir. 

« L’enfant doit avoir le droit de dormir quand il a sommeil, de s’éveiller quand il a fini de dormir, et de se lever quand il le veut. »

Maria Montessori

Mais qu’en est-il en réalité ? 

Beaucoup de parents me partagent leur expériences compliquées avec le lit au sol, pour d’autres cela a été une révélation.

Vous souhaitez appliquer cette approche Montessori à la maison et notamment pour accompagner votre enfant dans son sommeil voici 3 conseils clés : 

1. Faîtes-lui confiance 

C’est le plus beau cadeau que vous pouvez offrir à votre enfant pour sa confiance.

En lui faisant confiance sur sa capacité à se réguler vous lui envoyer un message : « tu es capable », « je suis là ».

C’est à travers votre posture, votre regard que votre enfant se construit.

N’ayez pas peur de suivre vos intuitions. Tester des choses et observer votre enfant. C’est ainsi que l’on avance dans la vie. Si le lit au sol ne fonctionne pas essayer de comprendre le message de votre enfant. Est-ce vraiment le lit qui ne lui convient pas ou bien le fait qu’il ne dorme pas près de vous. Est-ce le bon moment ? Que vit-il actuellement comme développement ? à chaque stade de développement l’enfant connaît de grandes transformations physiques et psychiques (marche, conscience de l’autre,…) qui peuvent le bouleverser. Alors il peut vivre des régressions dans le sommeil, l’alimentation… ce sont des étapes qui font parties de son développement. Une fois qu’on les connaît on sait mieux comment l’accompagner. Il n’y a pas de bonne solution. Il n’y a que celle qui convient à toute la famille. 

2. Offrez lui un environnement qui répond à ses besoins

Il n’y a que vous qui connaissiez le mieux votre enfant. Après avoir étudié les enseignements de Maria Montessori sur les besoins de l’enfant pour son développement, je vous invite à observer votre enfant tous les jours : observer les premiers signes de fatigue, mais aussi a quel moment il est trop fatigué pour s’endormir sereinement, quels sont les rituels qu’il aime pour s’endormir, … c’est fort de ces connaissances sur votre enfant que vous allez pouvoir l’accompagner tout en suivant son rythme et ses besoins particuliers. 

Un environnement c’est un mobilier adapté à votre enfant. Si vous observez que votre enfant a besoin d’être contenu alors offrez lui un couffin, s’il a besoin de liberté à son stade de développement, alors offrez lui un lit au sol.

L’environnement c’est aussi des routines et rituels pour offrir à l’enfant des repères, développer sa confiance dans son environnement et ainsi lui permettre de se sentir sécurisé dans tous les moments un peu difficiles notamment celui de la séparation lors du coucher.

3. Rendez votre enfant acteur de sa vie.

Appliquer la philosophie Montessori, ce que j’appelle moi « éduquer en pleine conscience », revient à rendre acteur votre enfant dans sa vie. Lui offrir ce cadre de discipline et liberté où il peut évoluer à son rythme en tout sécurité. C’est en étant actif dans sa vie, en faisant des choix précoce, en agissant en autonomie pour prendre soin de lui «(se laver, s’habiller…) et prendre soin de l’environnement (balayer, laver…) que vous l’aider à prendre conscience de ses capacités, que vous l’encourager à prendre soin de lui et des autres. Il est connecté à ses besoins et il apprends à se connaître. Cette connaissance de soi est un trésor pour le guider dans ses choix tout au long de sa vie. 

Être acteur pour le moment du coucher est aussi fondamental pour ses apprentissages. Nous ne pouvons pas être en rapport de force avec l’enfant. Nous devons l’impliquer au quotidien, collaborer et coopérer ensemble pour que chacun s’épanouisse. De là, naît une grande confiance et une belle estime de soi.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les enseignements de Maria Montessori pour appliquer la pédagogie Montessori à la maison, je vous invite à découvrir l’atelier en ligne Mohm : l’environnement préparé de 0 à 6 ans. Je vous guide pas à pas dans le choix et l’organisation du mobilier clé afin de proposer l’environnement qui suit le rythme et répond aux besoins de votre enfant. Ainsi, soutenu dans son développement, votre enfant pourra révéler tous ses potentiels.

Photo : CR montessoriinreallife

Et vous, quels sont vos expériences sur le sommeil de votre enfant et quel lit avez-vous choisit ?

Annett
il y a 3 semaines
Wow, wonderful weblog layout! How long have you been blogging for? you make blogging glance easy. The full look of your website is great, as well as the content material! You can see similar here sklep internetowy

Laisser un commentaire

Nous sommes là pour échanger, n’hésitez pas à laisser un commentaire !

Cela pourrait aussi vous interesser...

Abonnez-vous à la newsletter
et ne ratez aucun article

Les 10 mobiliers clé de 0 à 18 mois

Révélez tous les potentiels de votre enfant

Favoriser son autonomie et développer sa confiance en lui.